Presse fédéraliste

Une Europe Unie dans un monde uni

Accueil > Fédéchoses > Numéro 153 — 2011/09 > La Chronique de Cocorico

La Chronique de Cocorico

septembre 2011

Messieurs,

j’ai compris, à certaine note insidieuse ajoutée à la lettre mienne que vous avez publiée dans votre Fédéchoses n° 10, j’ai compris, dis-je, que vous êtes des malintentionnés, qui se parent des plumes du libéralisme et de l’honnêteté intellectuelle. Un clin d’oeil au lecteur ? En avez-vous seulement ? Moi, je n’utilise pas ces armes ciliaires, je regarde franchement et droit devant moi. Comme on me l’a appris à l’armée - qui a fait de moi un homme. Aussi, croyez-moi, j’y vois loin.

Aussi loin ou presque que ce grand Français qu’est le Général Bigeard, qui sait de quoi il parle quand il évoque « la charge de plomb totalitaire » qui pèse sur Saïgon et Hanoï. Lui, il ne fait pas « minou, minou » avec Mao, tels les Européens décadents, et il sait que « les hordes Vietminh », çà ne s’apprivoise pas, çà s’écrase, crrrac, sous la botte ! Ou çà se brûle au napalm : excellent combustible, même si çà ne vaut pas la belle anthracite du Tonkin de la belle époque. Coloniale, oui Messieurs ! Je n’ai pas peur de mes références, moi ! Et je ne rougis pas du passé de la doulce France ! De la croisade contre les Albigeois à la guerre d’Algérie, j’assume tout avec fierté.

Et je pense aussi à l’avenir, Giscard, tôt ou tard... Alors pourquoi pas dès maintenant évoquer l’homme qui... Bigeard for President !!! Ricanez, ricanez ! Mais lorsque la Bretagne ou la Corse voudront larguer les amarres, vous verrez si vous ne serez pas contents d’avoir porté à la charge suprême un homme avec du poil sur la poitrine, comme on dit en Espagne. Et vous verrez si tous ne se rallieront pas à lui ; et jusqu’aux communistes.

Ils savent bien, eux, que la Corse, Djibouti, la Bretagne et le Pays Basque sont partie intégrante de la nation française et ils se battront pour qu’elles le demeurent. Les patriotes ont toujours fini par s’entendre. Face à la montée des périls, des binious et des Issas, tous unis derrière le chef qui se profile sur jour de ciel bleu et de Sambre et Meuse !

Bigeard for President !

Bigeard for President ! ! !