Presse fédéraliste

Une Europe Unie dans un monde uni

Accueil > Fédéchoses > Numéro 144 — 2009/02 > Ludo Dierickx

IN MEMORIAM

Ludo Dierickx

31 août 2009

L’un des derniers pionniers du Congrès du Peuple européen (CPE) -Ludo DIERICKX- est décédé à Anvers, le 8 avril dernier, à l’âge de 79 ans.

Passionnément acquis à l’objectif d’une Europe fédérale et hostile à la dislocation linguistique et politique de la Belgique, il avait été, dès l’origine, l’un des instigateurs du CPE, au sein d’un Comité d’initiative créé par Altiero Spinelli avec le concours, entre autres, d’Alberto Cabella , Michel Mouskhely, professeur à la faculté de droit de Strasbourg , Alexandre Marc, directeur du Centre international de formation européenne (CIFE) , Claus Schöndube (« Der Föderalist ») , Marlyse Roquettte (une Genevoise qui épousera Orio Giarini, futur secrétaire général du Mouvement fédéraliste européen [MFE]) , François Bondy (directeur de la revue Preuves) , Georges Goriely, professeur à l’Université libre de Bruxelles et à Sarrebruck, Guglielmo Usellini et Gabriel Badarau, alors respectivement Secrétaire général et Secrétaire général adjoint de l’UEF , ainsi que de plusieurs militants allemands, lyonnais et strasbourgeois.

Les premières élections primaires pour le CPE revendiquant la convocation d’une Assemblée constituante européenne se déroulèrent en 1957. Elles ont intéressé, jusqu’en 1964, Anvers - Maastricht, Bologne - Ferrare - Rovigo, Bruxelles - Saint Josse, Capoue - Naples, Darmstadt - Düsseldorf, Feldbach - Neumarkt - Hartberg, Florence - Massa, Francfort, Fürstenfeld, Gênes - La Spezia, Lyon - Annecy, Milan - Ticino, Mons, Mulhouse, Nancy, Ostende, Rome, Strasbourg, Turin - Cuneo, Udine, Vernon, Vicenza. Au total, au cours de ces années, elles ont permis à 638.114 citoyens européens de participer à l’action d’avant-garde du Congrès, désignant par leurs votes plusieurs centaines de délégués qui animeront les travaux des CPE successifs de Turin (1957), Lyon (1959), Darmstadt (1959), Ostende (1960). Pour leur part, Ludo Dierickx et le Néerlandais Piet Houx ont rassemblé les suffrages de 66.003 électeurs d’Anvers et de Maastricht. Résultat qui fut apprécié comme remarquable.

Puis, Ludo fut élu Secrétaire général du MFE, dans la foulée du Congrès de Trieste d’avril 1969, succédant ainsi dans cette fonction à Alexandre Marc (1946), Raymond Silva (1947), Albert Lohest (1948), Guglielmo Usellini (1950), Jean-Pierre Gouzy (1958), André Delmas (1959), Orio Giarini (1962). Les attributions de Ludo Dierickx au secrétariat général transféré de Paris à Bruxelles, prirent fin à l’issue du Congrès de Nancy du MFE, en avril 1972, à la suite de la décision de réunifier les deux mouvements alors existants (Action européenne fédéraliste - AEF et MFE) au sein d’une nouvelle Union des fédéralistes européens, retrouvant son sigle d’origine (UEF) sous la coprésidence d’Etienne Hirsch (France) et de Bob Molenaar (Pays-Bas).

Poursuivant son parcours personnel, Ludo devint Député belge de 1981 à 1988, puis sénateur fédéral de 1988 à 1995. Il fut le cofondateur du mouvement Agalev, parti vert en Flandres et à Bruxelles, devenu Groen. Un mot encore pour signaler que notre ami avait également suscité, chemin faisant, un Centre d’information européen à Anvers.

Depuis ses études universitaires à Gand et au Collège d’Europe à Bruges, Ludo était de ceux qui ne se résignent jamais. Fédéraliste européen parmi les plus convaincus, notre devoir était d’en saluer la mémoire alors qu’il vient de nous quitter.

PUBLIUS