Presse fédéraliste

Une Europe Unie dans un monde uni

Accueil > Documents > La lettre d’actualité européenne > Octobre/novembre 2013

Octobre/novembre 2013

20 novembre 2013, par Alain Réguillon

Une actualité riche, mais que de chemin encore à parcourir sur le chemin de l’unité !

Nombre des articles ici synthétisés et commentés montrent combien les Etats offrent d’obstacles à la réalisation d’une Europe dont l’Union devient un point d’interrogation et non plus un trait de solidarité.

Les chefs d’Etat et de gouvernement jouent un jeu ambigu qui porte atteinte à l’intérêt général, c’est-à-dire au bien être des Européens. Comment s’étonner ensuite d’une montée des mécontentements qui se cristallisent dans des oppositions extrêmes ?

Les grands Etats ont une part de responsabilité plus grande que d’autres, ce qui n’exonère pas les autres de manquements à la solidarité. Les objectifs « Europe 2020 » fixés en juin 2010 par ces mêmes chefs d’Etat et de gouvernement laissaient entrevoir un espoir de reprise et une volonté de refixer le cap vers plus d’intégration. En fait, le triste spectacle de l’adoption d’un cadre financier pluriannuel inadapté aux ambitions formulées, tout autant que la gestion de la crise, les velléités d’autonomie de certains et la préservation des intérêts particuliers ne portent pas à l’euphorie.

Et pourtant, quel plus bel exemple peut-on donner au monde que ce continent aujourd’hui rassemblé dans un espace uni, certes, encore imparfait, mais qui, depuis soixante huit ans vie en paix après des siècles de guerres incessantes ?

A quelques mois du centenaire du déclenchement de la première guerre mondiale, malgré ses imperfections, malgré les hésitations d’une classe politique bien pauvre et l’égoïsme de peuples trop longtemps gâtés, notamment en Europe occidentale, nous n’avons pas le droit d’abandonner le projet des pères fondateurs. Il nous faut réagir, dénoncer, expliquer, et poursuivre la construction européenne : c’est notre seule voie d’avenir ; c’est aussi un devoir vis-à-vis des millions de morts pour que vive la Liberté !

Alain REGUILLON Président de l’UEF-France


Avertissement : les propos contenus dans cette lettre sont de la seule responsabilité de l’auteur. Ils ne sauraient engager celle des associations dont il est membre.