Presse fédéraliste

Une Europe Unie dans un monde uni

Accueil > Fédéchoses > Numéro 150 — 2010/12 > Une nouvelle initiative : le Groupe Spinelli

Une nouvelle initiative : le Groupe Spinelli

décembre 2010

Le 15 septembre, au Parlement Européen, Guy Verhostadt, Président du groupe ALDE (Libéraux), Daniel Cohn-Bendit, co-Président des Verts, Isabelle Durant, Vice-présidente du Parlement européen et Sylvie Goulard, membre de l’ALDE, ont lancé une initiative, intitulée Groupe Spinelli, pour réunir des parlementaires européens, des intellectuels et des citoyens en faveur d’une Europe communautaire, prête à placer les intérêts de l’Europe au dessus des intérêts plus étroits.

Pour promouvoir une réelle approche européenne, ils ont rédigé le Manifeste ci-après, qui résume leurs convictions : la nécessité d’encourager des approches post-nationales pour affronter les défis du 21° siècle, et de dire la vérité concernant les limites du pouvoir politique tel qu’il est aujourd’hui organisé.

Le Groupe Spinelli travaillera notamment sous la forme d’un « Conseil fantôme » (Shaddow Cabinet) à la veille des importantes réunions du Conseil européen. Il se réunira pour faire des propositions concrètes basées sur la méthode communautaire, dans une perspective fédérale, et pour dénoncer le nationalisme de certains gouvernements qui nourrit une impuissance collective croissante et freine l’émergence de l’Europe dans le monde.

Les members du Groupe Spinelli souhaiteraient pousser des idées telles que, par exemple, une armée européenne, une politique économique plus intégrée, un budget européen indépendent, fondé sur des ressources propres, une communauté pour l’économie de l’énergie, une Europe basée sur des liens culturels et humains plus étroits.

Le Groupe Spinelli prévoit d’agir à trios niveaux : 1 / au sein du Parlement européen, en r éunissant des membres de toutes les couleurs politiques, prets à s’engager dans des actions législatives et politiques pour influencer les développements ; 2 / par le biais d’un Comité d’animation qui réunisse des personnalités européennes venant de divers horizons, responsables politiques ou académiques et intellectuels, d’expérience ou plus jeunes. Parmi eux : Jacques Delors, ancient President de la Commission européenne, Ulrich Beck, sociologue, Amartya Sen, Prix Nobel, Mario Monti, ancient Commissaire européen et Président de l’Université Bocconi, Joschka Fischer, ancien Ministre des Afffaires étrangères d’Allemagne, Elie Barnavi, historien et diplomate, et, également, Andrew Duff, Danuta Hubner, Tommaso Padoa-Schioppa, parmi d’autres ; 3 / grace au réseau Spinelli basé sur intenet, ouvert à tous, qui permettra une convegence d’idées et des propositions émanant de la société civile, d’experts et de responsables élus.

Pour signer le Manifeste, et lire plus sur la Groupe Spinelli : http://www.spinelligroup.eu

Le Manifeste du Groupe Spinelli

Plus que jamais, les défis du XXIe siècles sont de nature planétaire : changement climatique, épuisement des ressources, destruction de l’environnement, régulations financière et économique, menace nucléaire et sécurité collective, maintien de la paix…

Dans ce nouveau monde, chaque pays européen est un petit pays. Mais nous avons un atout : nous avons bâti ensemble une Union européenne. C’est une construction remarquable et inédite, dans laquelle les Etats-nations d’Europe, pour certains longtemps divisés par des conflits incessants, ont décidé d’être « unis dans la diversité » et de former ensemble une communauté au sens le plus fort du terme.

Tendus vers notre but commun de paix et de prospérités partagées, nous avons réussi à coopérer et à additionner nos forces, apportant une richesse sans précédent, la démocratie et la réconciliation à l’échelle du continent. Les Etats-nations mirent en commun une partie de leur souveraineté nationale au sein d’institutions européennes afin de parvenir ensemble à leurs objectifs communs et à une « union toujours plus étroite ».

Malheureusement, alors que les défis gigantesques d’une crise multiple exigeraient des réponses communes, au moins conçues à l’échelle européenne, trop d’homes et de femmes politiques cèdent à la tentation de croire en un salut seulement national. En ces temps d’interdépendance et de mondialisation, s’accrocher ainsi aux ombres de la souveraineté nationale n’est pas seulement renier l’esprit communautaire ; c’est surtout se condamner à l’impuissance politique.

A présent, les choses semblent régresser, vers une Union plus lâche qu’étroite, vers une Europe plus nationale que supranationale. Oubliant tout esprit communautaire, les Etats membres laissent la myopie des intérêts nationaux limités venir brouiller la vision commune. Ils privilégient les solutions intergouvernementales aux solutions européennes. Jusqu’au point de menacer la viabilité de l’euro, le symbole le plus concret de l’intégration européenne.


Le « Manifeste Spinelli » a été lancé à l’initiative de quatre parlementaires européens libéraux et Verts : Daniel Cohn-Bendit, Isabelle Durant, Sylvie Goulard et Guy Verhofstadt. Ils ont déjà été rejoints par de nombreuses personnalités attachées à l’ambition communautaire : Jacques Delors ; Mario Monti ; Joschka Fischer ; Pat Cox ; Roza Thun ; Kalypso Nicolaidis ; Danuta Hübner ; Gesine Schwann ; Tommaso Padoa-Schioppa ; Elie Barnavi ; Jean-Marc Ferry ; Ulrich Beck ; Amartya Sen ; Andrew Duff ; Elmar Brok ; Tibor Dessewfy ; Sandro Gozi ; Pawel Swieboda ; Kurt Vandenberghe ; Gaëtane Ricard- Nihoul ; Anna Triandafyllidou ; Diogo Pinto ; Heather Grabbe ; Imola Streho ; Alina-Roxana Girbea ; Koert Debeuf ; Edoaurd Gaudot ; Guillaume McLaughlin ; Mychelle Rieu…