Presse fédéraliste

Une Europe Unie dans un monde uni

Accueil > Fédéchoses > Numéro 149 — 2010/09 > Pauvre France !

Pauvre France !

septembre 2010

Salut à toi, pauvre Français(e),

l’heure est venue de faire un petit article politiquement coloré, car ce que je lis sur internet depuis deux jours a l’art de me filer la nausée bien plus que l’eau suspecte de l’Inde ! Bien que je me sente plus française que jamais, et que des envies violentes de bœuf, de fromage, de baguette et de charcuterie m’ensorcèlent chaque matin au réveil, j’éprouve une sorte de rejet pour les 80 % de sondés du Figaro qui semblent en harmonie parfaite avec les propositions odieuses de notre petit chef (de l’Etat). 80 % ! Dis moi pas que c’est vrai !

Alors ils seraient bien 80 % de sondés à penser que l’on peut déchoir quelqu’un de sa nationalité française -bien que la limite temporelle qui fait qu’à partir d’un moment on serait quand même 100 % français n’est toujours pas clairement définie (sic)-, en cas de crime ? Et ces crimes ont évidemment des couleurs, comme celles des peaux de ceux qui les commettent ! Enfin, juridiquement parlant, il faut que l’on m’explique, car je ne comprends pas : nous avons DÉJÀ des lois sur la torture (donc l’excision) et la polygamie, non ? Nous avons DÉJÀ des lois concernant le fait de tuer un représentant des forces de l’ordre, non ? Quel besoin aurions-nous d’y ajouter des lois supplémentaires, si ce n’est pour une fois de plus stigmatiser une partie de NOTRE population, en attisant un sentiment stupide d’insécurité et en appelant ouvertement à la haine de l’AUTRE ?

Autre qui est avant tout notre prochain, et avec qui nous partageons, me semble-t-il, quelques notions de FRATERNITÉ et d’EGALITE ?

Ou est-ce une autre France que celle que je connais ? Et puis merde, qu’est ce que c’est que cette histoire de pays à culture « chrétienne » qu’il faudrait défendre contre les méchants Maures ? Sommes-nous revenus à l’ère de Jeanne la pucelle ? La France entière souffre-t-elle d’acouphènes ? Ou de mémoire courte ?

Notre longue histoire européenne dont nous nous targuons avec tant de panache comparée à ces jeunes « enfants » (sic) que sont les Etats-Unis et le Canada (sans parler de la pauvre Afrique, qui n’est jamais vraiment « sortie de l’enfance », re-sic) devrait au moins nous avoir enseigné que nous sommes les fruits de tant de mixité et de croyances diverses que les renier ce serait nous renier nous-même ! L’Islam fait partie intégrante de la civilisation européenne, au même titre que la Chrétienté et le Judaïsme (excusez moi si j’en oublie au passage, la religion c’est pas trop mon truc de toutes façons). Là je parle bien d’héritage culturel et non pas religieux, il suffit d’aller à Grenade et Cordoue pour s’en rendre compte, ou de rechercher les origines de notre pensée mathématique ou même de notre langue... Qu’est-ce que ce besoin de croisade dans lequel nous nous jetons à corps perdu, comme si notre salut en dépendait ?

N’a-t-on pas fini de continuer à alimenter cette seconde guerre froide (avec des moments très très chauds) entre l’Est et l’Ouest, l’Orient et l’Occident ? Sommes nous vraiment au bord de la noyade pour être obligés de nous raccrocher à ces planches plus que pourries ?

Nous sommes tout de même loin de la misère en France... Je ne fais pas d’angélisme et suis la première à penser que la situation est alarmante dans certains quartiers, et que la politique d’extrême rentabilité qui atteint tous les corps professionnels au détriment de la santé mentale (et financière) des salariés, tout en mettant au chômage un nombre grandissant de personnes, est dramatique... Mais enfin je suis en Inde depuis avril et j’ai passé hier une heure sur skype avec une amie pakistanaise qui vient de survivre aux bombes et aux inondations d’Islamabad, qui n’a pas reçu son salaire depuis 4 mois, et qui évidemment n’a pas d’assurance pour tout ce qu’elle a perdu dans l’inondation...

Et je pense qu’elle reste une privilégiée par rapport à des milliers de personnes qui viennent de perdre un toit, ou la vie... Alors oui, mais non... On devrait plutôt être content de la relative SÉCURITÉ sociale et sociétale dans laquelle on vit, et la défendre bec et ongles, plutôt que de céder aux sirènes d’une (extrême) droite irrationnelle et haineuse ! A-t-on vraiment envie de laisser notre beau pays devenir un ramassis de beaufs bedonnants, rougeauds et tranquillement racistes ? Quand va-t-on émerger du cynisme qui nous tue à petit feu et qui met les idées de tolérance et de partage au rebut ? A-t-on vraiment besoin de trouver un bouc émissaire à nos petites misères ? Ne peut-on pas trouver d’autres façons de réagir ? Quelle est la limite ? Je ne comprends toujours pas comment nous avons pu accepter la création d’un Ministère de l’identité nationale sans descendre dans la rue ! Je suis la première à me jeter la pierre à moi-même... Alors, quelle est la limite ? Qu’est ce qui est acceptable, qu’est-ce qui ne l’est pas ? Quand va-t-on estimer que cette politique va vraiment trop loin et qu’elle participe d’une pure incitation à la haine raciale ? Je crois qu’en ce qui me concerne la limite est franchie, même si je ne sais pas comment réagir encore... ça va venir. En attendant, pour ceux qui seront en France, je pense que répondre à l’appel de la Ligue des Droits de l’homme et leur rassemblement du 4 septembre à Paris est une sacrée bonne idée... Ou en créer dans d’autres villes, pourquoi pas ? Et toi, représentant d’une gauche en laquelle je crois malgré tout encore, que fais-tu ? Où es-tu ? Que dis-tu ?

Dis moi, lecteur chéri, que la France est autre chose que l’image qu’internet m’en donne en ce moment ! Dis moi que tu te bats contre cette vague de boue brunâtre et qu’elle ne t’a pas englouti... Raconte moi comment tu fais... Raconte moi l’odeur du pain frais, du macadam après la pluie d’été, du très vieux vin rouge, du tajine poulet citron olives, de l’ail, de l’herbe fraichement tondue, des döners kebabs du quartier gare et du wädele du coin des pucelles, du gobelet d’or le samedi midi, du confit de canard des Landes, du sel de l’Océan, du gasoil du boulevard de Lyon, du pin moussu des Vosges et de la Forêt noire, et des fleurs de l’orangerie sans orangers... Raconte moi que tu aimes ta vie, et que tu l’aimes parce qu’elle est plurielle et riches de saveurs ! Sinon, ben... ça veut dire que ma France à moi elle n’existe pas, ou plus...

Voilà, lecteur attentif, ce que j’ai à te dire aujourd’hui, et sache que je crois que je viens de redécouvrir le vrai sens de la notion d’ « engagement »...  


Auriculus (Marie-en-Inde)
Fille de fédéralistes, Marie, travaille actuellement pour un mouvement social indien défendant les droits des paysans sans-terres ; elle y écrit son blog depuis avril