Presse fédéraliste

Une Europe Unie dans un monde uni

Accueil > Fédéchoses > Numéro 148 — 2010/06 > Radio Matin 2010

Fédé-Lettres

Radio Matin 2010

juin 2010, par Paul Aubin

Tu écoutes la radio du matin Et les nouvelles ne vont pas bien. Il paraît que les Grecs auraient abusé, Des subventions de l’Europe se seraient gavé Et, qu’horrible angoisse, Picsou craint de ne point être remboursé. Mais où va-t-on, si les créanciers rechignent à payer leur dû ? Tu écoutes la radio du matin Et les nouvelles ne vont pas bien. Les banques aussitôt sorties du coma, ont sur le déficit des Etats créé un grand branle-bas Et se sont mises comme l’usurier Shylock A provoquer de grands entrechocs.

Tu écoutes la radio du matin Il parait que les « marchés » ont le bourdon Car les Européens du sud auraient croqué tout le pognon. Les marchés en perdent leur latin De voir la dolce Vita des Italiens. Quant à l’Espagne n’en parlons même pas ! C’est certainement la faute de la sangria. Tu écoutes la radio du matin Et les nouvelles ne vont pas bien. Il va falloir travailler plus longtemps, Il paraît que nous vivons trop longtemps Pourtant nous sommes bien loin de tous atteindre cent ans, Et préférerions disposer librement de notre temps.

Tu écoutes encore la radio du matin Et les nouvelles ne vont pas bien. Un tanker s’est échoué Laissant le pétrole s’écouler, qui sera difficilement colmaté et tue mouettes et cormorans.

Tu n’écoutes plus la radio du matin et la télévision encore moins. Car toutes ces nouvelles te rendaient zinzin. Tu n’es plus sûr du tout de la vérité dans ce tam-tam sonore et tu es consterné par sa vision étriquée de l’humain Au lieu de nous interroger sur : quels seront les métiers de nos jeunes ? quand y aura-t-il la démocratie et des syndicats libres en Chine ? quelle vie est faite et quelle éducation sexuelle est donnée aux femmes d’Afrique ? et comment redonner pour le plus grand nombre au progrès un contenu pour demain ?


Paul d’AUBIN – Toulouse