Presse fédéraliste

Une Europe Unie dans un monde uni

Accueil > Fédéchoses > Numéro 133 - 2006/3 > XXIe. Congrès de l’U.E.F. : nouvelle Convention européenne, et référendum (...)

XXIe. Congrès de l’U.E.F. : nouvelle Convention européenne, et référendum européen de ratification en 2009

2006, par Jean-Francis Billion

Un long compte-rendu détaillé du Congrès de Vienne a été publié dans la publication de l’UEF-France, Europe fédérale. Nos lecteurs intéressés peuvent se le procurer en écrivant à l’UEF-France ou à Fédéchoses (N° 26 d’Europe fédérale). Nous n’avons donc pas voulu faire ici un « remake » du dossier de l’Europe fédérale qui a aussi publié l’intégralité des motions et résolutions du Congrès. Par contre nous en publions un compte-rendu plus succinct, l’éditorial de Michel Morin (nouveau membre du Bureau européen) dans la Newsletter de l’U.E.F. Europe publiée au retour de Vienne, le message de Bill Pace (Executive Drector à New York du World Federalist Movement - Mouvement fédéraliste mondial -WFM) aux congressistes, le discours d’ouverture de Mercedes Bresso, Présidente de l’U.E.F., la Résolution politique et les deux motions traitant de politique internationale. Nous publions par ailleurs, à la suite des résolutions de Vienne, deux contributrions de Guido Montani et de Francesco Ferrero, Vice-secrétaire du MFE Italien éclairant tout à la fois les divisions malheureusement intervenues ces dernières années au sein du MFE italien et la ligne politique majoritaire du Congrès de Vienne.

A la fin de l’après-midi du vendredi 30 juin, Mercedes Bresso, a introduit les travaux du Congrès par un discours (cf. ci-dessous) reprenant l’essence de son rapport politique. Elle a également présidé la séance inaugurale durant laquelle lui ont succédé à la tribune, Max Wratschgo, Président de l’U.E.F. Autriche, Henrik Kröner, Secrétaire général du Mouvement européen international(MEI), Jans Seifert, Président de la JEF Europe. Retenu à New York, Bill Pace, Executive Director du WFM, avait adressé un message lu par Bruno Boissière, ancien Secrétaire général de l’U.E.F., membre de notre Comité de rédaction et l’un des principaux artisans de l’adhésion de l’U.E.F.-Europe au WFM. Dernier intervenant à saluer le Congrès, l’Irlandais Pat Cox, Président du MEI et ancien Président du Parlement européen, a souligné que dans l’actuel moment difficile pour la construction européenne il fallait développer un débat démocratique et transparent et qui engage l’opinion publique avant de conclure, très applaudi, que l’élargissement devait se poursuivre et qu’il fallait trouver un langage simple afin d’être mieux compris des citoyens européens. La seconde partie de la session inaugurale, sous la présidence du britannique John Parry, a été marquée par le rapport politique de Mercedes Bresso avant que Bruno Boissière ne prenne la parole pour commenter les travaux de l’Intergroupe fédéraliste du Parlement européen dont il assume le secrétariat, puis que son remplaçant actuel à l’U.E.F. présente un rapport synthétique sur les diverses activités du mouvement au cours des deux années 2004 à 2006.

JPEG - 77.3 ko

Alfonso IOZZO, membre du Bureau de l’U.E.F. et Pat COX, ancien Président du Parlement européen et Président du MEI

La matinée du samedi 1er. juillet a été consacrée aux travaux des Commissions : la 1re, sur « l’avenir du processus constituant », a été la plus suivie et celle au sein de laquelle le débat a été le plus vif sous la direction de Guido Montani, Président du MFE italien, chargé par le Bureau de l’U.E.F. de présenter un projet de résolution. Après son introduction, G. Montani a introduit les divers intervenants : Andrew Duff, parlementaire européen membre de l’Intergroupe fédéraliste, Bruno Boissière, Secrétaire de l’Intergroupe fédéraliste du PE, Joan-Marc Simon, Secrétaire général de la JEF et Paolo Vacca, membre du Bureau de l’U.E.F. Divers autres intervenants sont intervenus après les rapports, moi-même présentant la contribution de l’UEF Rhône-Alpes allant dans le même sens que les propositions de Guido Montani. Les débats se sont par la suite déroulés sur le texte proposé par G. Montani et un autre projet de résolution, alternatif, présenté par l’actuel secrétaire général de l’U.E.F. Europe et un membre de l’Europa Union Deutschland. Le texte proposé par Guido Montani, amendé en Commission des résolutions, a été en fin de compte largement approuvé par le Congrès après mise aux voix des deux textes rivaux et nous nous en réjouissons car les propositions retenues nous semblent définir une feuille de route claire pour les fédéralistes.

La 2e. commission a traité de « la politique industrielle et énergétique » et les débats s’y sont polarisés sur la proposition de créer une Agence européenne de l’énergie et sur ses compétences. Divers participants ont tenu à souligner que l’énergie était actuellement l’un des problèmes cruciaux pour l’Union européenne et que l’Agence envisagée devrait pouvoir être ouverte, le cas échéant, à des pays tiers. La 3e commission, sur le thème « L’Europe force de paix » a permis d’élaborer les deux autres importants textes de résolution , publiés ci-après, l’une sur L’Europe puissance de paix et l’autre sur la question du nucléaire iranien. Enfin, au sein de la dernière commission, sur « le financement du projet européen » les débats se sont concentrés sur la lisibilité et la transparence insuffisantes du budget européen, l’opportunité de créer une eurotaxe et sur la possibilité d’emprunts européens par le biais d’obligations financières de l’Union afin de lever des ressources pour des programmes spécifiques d’investissements en matière de croissance, emploi, développement et recherche.

La séance plénière de dimanche matin, sous la présidence de Alison Wetson, a été marquée par les résultats des élections staturaires, le débat et le vote sur les résolutions, avant le discours de clôture de la Présidente. Dans cette dernière intervention, Mercedes Bresso, très largement réélue la veille à la Présidence de l’U.E.F. et acclamée par le Congrès à cette ocasion, a exprimé sa satisfaction pour l’intensité des débats et la qualité des documents approuvés. Au-delà des fortes divergences apparues durant le Congrès sur la Résolution politique, elle a tenu à affirmer que les fédéralistes devaient dès à présent s’engager pour un débat approfondi avec les citoyens sur l’avenir de l’Europe et a réaffirmé l’importance d’y associer étroitement les pouvoirs locaux. Elle a enfin souligné que le Congrès de Vienne de 2006 engageait les fédéralistes dans trois directions : 1 / préparer dès aujourd’hui la 3e Convention des citoyens européens à Berlin en 2007 pendant la Présidence allemande de l’Union, sans négliger le fait de devoir préparer dès aujourd’hui également une importante initiative à tenir à Paris ; 2 / lancer au plus vite la Campagne de signatures pour une nouvelle Convention européenne et un référendum consultatif européen en 2009 sans négliger de s’insérer dans les débats européens devant se tenir d’ici à la fin de la période de réflexion récemment prolongée par le Conseil européen ; 3 / faire pression sur les leaders européens et plus particulièrement sur ceux semblant disponibles à s’engager concrètement pour l’unité politique de l’Europe afin que soit créé un groupe de pays décidés à relancer le processus constituant.

Le congrès a été suivi par une brève réunion du nouveau Comité fédéral, composé des élus directs du Congrès et des délégués des sections nationales pour élire les membres du nouveau Bureau de l’U.E.F.

Jean-Francis BILLION Président de l’UEF Rhône-Alpes, membre du Comité fédéral de l’U.E.F. et du Conseil mondial du WFM