Presse fédéraliste

Une Europe Unie dans un monde uni

Accueil > Documents > La lettre d’actualité européenne > Février 2014

Février 2014

9 février 2014, par Alain Réguillon

Il est toujours un peu frustrant de devoir faire un choix tant l’actualité européenne est dense dans la plupart des journaux de la presse écrite. La radio fait aussi beaucoup d’efforts pour délivrer une actualité de qualité. Il serait tellement agréable que les journaux télévisés fassent aussi cet effort de qualité !

Las, ne rêvons pas ! Ce que je peux délivrer comme information dans ce cahier de huit pages n’est pas suffisant et j’en ai conscience. Aussi, je remercie celles et ceux qui le peuvent, de relayer cette actualité vers leurs propres réseaux. Dans ce numéro, il m’a paru intéressant de voir l’euro sous un autre angle que purement économique en saluant l’arrivée de la Lettonie dans la zone euro, mais en signalant aussi la mise sur le marché d’euros andorrans et l’initiative du président de la monnaie de Paris de réclamer des pièces de 5 €.

L’aérospatiale montre la bonne santé des Airbus et des fusées Ariane5, ce qui n’empêche pas des restructurations de ce secteur avec les pertes d’emplois que cela génère.

La situation ukrainienne ne pouvait pas manquer à ce commentaire de l’actualité, soulignant combien, au-delà de ce pays, il s’agit d’un bras de fer entre l’Union européenne et la Russie.

Enfin, le dossier de cette lettre fait un point non exhaustif sur les rapports de la France et de l’Allemagne, avec ce que cela comporte de conséquences pour l’Union, voire pour la zone euro. Un commentaire sur le gouvernement de coalition montre les bonnes dispositions de certains nouveaux ministres allemands vis-à-vis de la France en espérant que celle-ci saisisse cette opportunité pour faire avancer l’intégration européenne.

Enfin, je ne pouvais terminer sans un mot, sévère, sur les élections européennes.

Mot sévère sur les partis politiques et la désignation des candidats, tout en montrant les risques, au-delà du Parlement européen, que ferait peser sur la gouvernance de l’Union une arrivée importante d’extrémistes au sein de cette assemblée.