Presse fédéraliste

Une Europe Unie dans un monde uni

Accueil > Fédéchoses > Numéro 146 — 2009/04 > Andrei Sakharov et la signification de l’élection européenne : un modèle pour (...)

Il y a « 30 ans » nous avons publié…

Andrei Sakharov et la signification de l’élection européenne : un modèle pour le monde (Fédéchoses, n° 29, 1er trimestre 1980)

mars 1980

Personne à l’exception des fédéralistes, n’a souligné ni compris la valeur du lucide jugement de Andrei Sakharov sur la signification de l’élection européenne. Beaucoup de jugements exprimés sur le rôle du Parlement européen n’auraient pas été prononcés si avait été portée l’attention méritée au long article reproduit ci- contre (que nous reprenons dans la version intégrale qui en a été reproduite par le journal Le Monde du 6 juin 1979), qui confirme non seulement la grandeur morale du personnage mais encore sa parfaite compréhension intellectuelle du processus historique mondial. Que cette page témoigne de notre solidarité à l’égard de Sakharov exilé à Gorki pour menées anti-soviétiques.

Il est rarement question du Parlement européen dans la presse soviétique, ni de l’intégration européenne. Il me semble pourtant que le Parlement européen, et en particulier sa réorganisation prévue sur la base d’élections directes, représente un important pas en avant sur la voie -positive et nécessaire- de l’intégration européenne et, à long terme, de la convergence et de l’intégration au niveau mondial. Pour ma part, je suis convaincu que seul un progrès dans cette direction peut atténuer les dangers qui menacent globalement l’humanité.

Jusqu’à présent, les fonctions du Parlement européen ont été limitées presque exclusivement au domaine économique. Même à ce niveau, extrêmement important, mais limité, des difficultés de fonctionnement ont été constatées. J’espère que le Parlement européen, dans la mesure où il disposera de pouvoirs plus étendus et d’une plus grande autorité (conséquence des élections directes), pourra exercer une plus grande influence sur la mise au point d’une politique coordonnée dans des domaines tels que la division internationale du travail, les réglementations douanières, les échanges de produits agricoles, la répartition des ressources et les problèmes de l’emploi, l’alignement des différents niveaux de vie, etc.

J’espère aussi que les fonctions du Parlement pourront encore être accrues. Personne ne conteste qu’un nombre toujours croissant de problèmes exige des efforts mondiaux qui devraient être coordonnés dans une perspective à long terme qui tienne compte des intérêts de l’humanité en général. La protection de l’environnement, étroitement liée à la question des ressources, à la technologie et à la démographie, fait partie de ces sujets. Il semble également que l’on puisse considérer comme problème socio-politique essentiel la résistance à un totalitarisme en progression dans le monde entier, ainsi qu’à la menace d’une guerre mondiale thermonucléaire.

Cette lutte suppose la défense des droits de l’homme au niveau mondial. Le Parlement européen pourrait certainement constituer des commissions parlementaires sur la protection de l’environnement et les droits de l’homme, en particulier il ne s’agirait pas de se limiter à l’étude des sujets intéressant l’Europe de l’Ouest, mais de réunir des informations aussi bien à l’Ouest que dans les pays totalitaires. Le Parlement européen ne pourrait-il pas user de son autorité pour lutter lui aussi contre la violation des droits de l’homme, où qu’elle ait lieu ?

L’intégration européenne, qui doit se concrétiser dans un proche avenir, devrait être une étape d’un processus mondial auquel elle servirait de modèle. Il faut souligner qu’une collaboration étroite entre l’Europe et les Etats-Unis est la condition nécessaire d’un succès général dans la lutte contre le totalitarisme. C’est dans cette optique que les élections du Parlement européen au suffrage universel représentent pour moi un évènement extrêmement important.