Numéro 139 — 2008/1

Articles de cette rubrique

  • Altiero Spinelli et le fédéralisme mondial

    , par Christopher Layton

    Quand j’appris qu’Altiero était atteint d’un cancer, au début des années 1980, je lui ai écrit un mot de sympathie, pour lui dire en passant qu’après avoir travaillé vingt cinq ans pour l’Europe, j’avais décidé maintenant de me concentrer sur la promotion d’un système effectif de gouvernement mondial. Voici (...)

  • Altiero Spinelli, Europa, Patria grande

    , par Fernando Iglesias

    En Italie, les récentes élections ont amené au moins quatre surprises. La première d’entre elles va surprendre tous ceux qui seraient convaincus par le discours nationaliste renaissant sur la « fin de la Globalisation » : l’élément décisif déterminant dans la chute du gouvernement de Berlusconi, a été le (...)

  • Fratello Altiero

    , par Robert Lafont

    Ventotene est une petite île, derrière Ischia, qui fait face à Naples. Dans cette île une petite ville, et en son milieu une placette, sous les fenêtres d’une maison qui ne dit rien à personne. A la fin de la semaine dernière s’y trouvait, pour sa première visite officielle, le nouveau Président de la (...)

  • Trois leçons d’Altiero Spinelli

    , par David Soldini

    Comment j’ai découvert Altiero Spinelli J’ai vraiment découvert Spinelli en 2000, 14 ans après sa mort. Certes, je connaissais déjà le Traité Spinelli de 1983, je l’avais étudié pendant mes études universitaires, mais le nom de Spinelli ne m’était guère plus familier que celui de nombreux hommes politiques (...)

  • Spinelli, commissaire européen

    , par Robert Toulemon

    Robert TOULEMON Directeur général honoraire à la Commission des Communautés européennes Auteur de nombreux ouvrages dont le dernier paru, Aimer l’Europe Altiero Spinelli est l’homme le plus extraordinaire que j’ai rencontré. J’ai découvert sa prodigieuse force de conviction dans les années soixante chez (...)