Presse fédéraliste et Fédéchoses : historique et pérennité

, par Jean-Francis Billion, Jean-Luc Prevel

Fédéchoses a été créée en 1973 par un groupe de jeunes militants fédéralistes lyonnais et parisiens, membres des Jeunes du Mouvement fédéraliste européen. Nous étions alors durant la période de rapprochement des organisations fédéralistes, en Europe et en France, après l’éclatement dans les années 50 de l’UEF fondée dans l’immédiat après-guerre. Déjà, à Lyon, en 1969, les fédéralistes de la région, animés par Bernard Lesfargues (MFE Rhône- Alpes) et Albert-M. Gordiani (Centre de Lyon du Mouvement fédéraliste français - La Fédération) avaient procédé à leur réunification dans l’UEF Rhône-Alpes, quelques mois après que les Jeunes du MFE régional et ceux des Jeunesses européennes fédéralistes de Lyon liées à La Fédération avaient mené à bien, sous la direction de Bernard Barthalay et de Raymond Debrieux, leur propre fusion.

L’objectif de Fédéchoses, à sa création, était donc double :

- aider par le dialogue entre des groupes épars et disparates (Jeunes du MFE à Aix-en-Provence, Lyon, Paris, Strasbourg et Nancy, plus particulièrement ; jeunes des JEF à Bordeaux, Nantes et Strasbourg, par exemple) à la fondation de la JEF France au sein d’une JEF Europe redevenue unitaire et supranationale ;
- se doter progressivement d’un organe de diffusion culturelle, théorique, autonome à l’égard des organisations fédéralistes, y compris de la JEF France naissante.

La JEF France créée, Fédéchoses s’est alors progressivement replié sur Lyon, en 1975, et a cherché à se faire l’écho de la mouvance fédéraliste tout entière, tout en restant à l’avant-garde des combats de l’époque : lutte pour l’élection directe du Parlement européen au suffrage universel direct, tout en refusant l’électoralisme soutenu un temps par le MFE en France avec la candidature de Jean- Claude Sebag (qui garde aujourd’hui encore toute notre amitié), aux élections présidentielles de 1974.

Cette autonomie, structurelle et de pensée, a permis à notre équipe d’être par exemple à l’avant-garde du combat mondialiste, redevenu pertinent dès les années Gorbatchev comme l’avait souligné et impulsé Mario Albertini et sa revue Il Federalista (et son édition française que nous avons réalisée pendant cinq années), même si l’UEF, en tant que telle, mettra encore 20 ans à l’entériner par son adhésion au World Federalist Movement (précédée en cela par la JEF Europe, le MFE italien et l’UEF Rhône-Alpes). Il en fut de même de la proximité de Fédéchoses avec les luttes régionalistes, dès les années 70, amplifiée avec la création par les principaux mouvements autonomistes de l’hexagone de la Fédération Régions et Peuples solidaires » (R&PS) dans les années 90 qui consacrait une coordination des organisations régionalistes dans un sens résolument fédéraliste européen loin des dérives ethnistes et identitaires que nous avions toujours dénoncées. Aujourd’hui encore, les fédéralistes français ne sont pas unanimement disposés à s’investir dans de tels combats. C’est pour cette raison, entre autres, qu’une revue de dialogue comme Fédéchoses garde, 35 ans après sa fondation, toute sa justification et toutes ses raisons d’être et de paraître.

Organe de débat, francophone, avec les forces fédéralistes (européennes, mondialistes, autonomistes), en France, en Europe et dans le monde, Fédéchoses a en effet tenu le cap 35 années durant et a permis aux lignes politiques et stratégiques des organisations fédéralistes de se confronter, s’élaborer et se mettre en œuvre. Pour mener cette tâche, Fédéchoses n’est pas seul. Et, aujourd’hui la revue continue à collaborer avec d’autres organes fédéralistes, en particulier avec The Federalist Debate, revue éditée à Turin par Lucio Levi (membre de notre Comité de rédaction) et soutenue par la JEF, l’UEF et le WFM, et, avec Le Taurillon remarquable magazine en ligne fondé et animé par les Jeunes Européens France (section de la JEF Europe), dont plusieurs récents responsables au plus haut niveau nous rejoignent à dater de ce numéro et vont apporter à notre équipe toute leur fougue et leur savoir faire pour une nouvelle aventure. En particulier, la création d’un site de Presse fédéraliste et l’évolution de Fédéchoses vers une large diffusion en ligne venant compléter et remplacer largement notre édition papier traditionnelle.

Presse Fédéraliste, a été créée à Lyon en août 1978 afin de doter la revue d’une association éditrice, mais aussi d’étendre notre activité à la « diffusion de la pensée fédéraliste » à travers d’autres publications, brochures, conçues et fabriquées à Lyon ou diffusées, dont de nombreux textes issus de l’école fédéraliste italienne, représentée successivement par Altiero Spinelli et/puis Mario Albertini (sans compter les livres de la collection « Textes fédéralistes » des Editions Fédérop, que certains d’entre nous avaient contribué à créer autour de Bernard Lesfargues en 1976).

Presse fédéraliste reste aujourd’hui la seule association éditrice en France qui permette d’alimenter la pensée et l’action fédéraliste en complète autonomie. Mais une telle autonomie a un coût, que l’autofinancement ne pourra continuer indéfiniment à assumer seul. Si nos missions ont un sens, alors nos lecteurs et nos diffuseurs (individuels et collectifs) devront s’impliquer davantage dans notre financement tout d’abord en s’abonnant régulièrement, ce qui est encore trop peu souvent le cas, mais aussi en adressant à Presse fédéraliste des dons, abonnements de soutien, subventions de fonctionnement, etc.

En effet, seul un lectorat engagé et solidaire, peut assurer l’indépendance et la pérennité d’une presse et d’une édition libres, et dans une certaine mesure les justifier.